Rechercher

Contactez-nous

Notre support client est disponible du lundi au vendredi de 8h00 à 12h et de 14h à 17h.

Tél. :+33 (0)3.20.13.09.15

Contactez-nous par email

Newsletter

EN SAVOIR PLUS sur le vélo électrique

Qu’est ce qu’un vélo à assistance électrique (VAE) ?

 

Un VAE est un vélo avec un moteur électrique qui fournit une assistance motorisée lorsque vous pédalez. Un capteur mesure si vous pédalez et transmet l’information à un contrôleur. Le moteur s’arrête à 25 km/h (selon la réglementation en vigueur). Vous pouvez ainsi circuler sans casque, permis de conduire ou assurance partout où il est possible de faire du vélo. L’énergie est délivrée par une batterie qui peut être rechargée sur toute prise de courant avec un chargeur adapté.

 

Quelle est la différence entre vélo électrique et vélo classique ?

 

Un vélo électrique ou plutôt vélo à assistance électrique c'est un vélo classique auquel on ajoute différents éléments :

- Un moteur
Il peut être situé dans la roue arrière, dans la roue avant quelques fois dans le pédalier ou déporté par courroie. Comme pour une voiture pour laquelle le moteur peut être placé à différents emplacements (traction, propulsion), il existe des pour et des contres à chaque solution. Par exemple, la position centrale permet une bonne traction et une répartition centrale du poids du vélo et un changement rapide et simple des roues. Cependant, il place le moteur à une position sensible pour tout franchissement de terrains non plats, et rend quasi impossible le changement de système. La position dans les roues permettent une compatibilité avec tous types de dérailleur, et une protection naturelle du système par la roue, la position arrière confère un bon grip mais que ce soit à l'avant ou l'arrière, le changement de roue peut ne pas être très simple.

La législation française impose que sa puissance soit inférieure ou égale à 250 W. Vous pourrez ainsi atteindre une vitesse de 25 km/h, au delà vous pourrez atteindre une vitesse supérieure mais sans assistance électrique.

Attention, le moteur n'est qu'une assistance au pédalage. L'utilisateur doit donc toujours assurer la rotation du pédalier pour activer l'assistance électrique. Cette assistance cessera au-delà de 25km/h.

- Une batterie
Selon la technologie utilisée, la batterie vous apportera une autonomie plus ou moins importante. Elle se rechargera sur le secteur à l'aide d'un chargeur. En fonction des modèles, le vélo peut se brancher directement au chargeur ou la batterie peut être démontable et se recharger indépendamment. La capacité de la batterie dépend de différents facteurs tels que : le poids de l’utilisateur, le niveau d’assistance, la façon dont le vélo est stocké (si il doit être porté et donc léger), le type de trajet parcouru, le temps. Dans les conditions optimales, selon les fabricants, les batteries peuvent conférer une autonomie de plus de 100 km (130 km pour notre gamme de vélo wisper). Les batteries sont souvent montées sur le porte bagage arrière ou sur ou dans le cadre du vélo.

- Un contrôleur électronique
Il vous permet de réguler les différents composants.

- Un boîtier de commande au guidon
Ce boitier de commande au guidon n'est pas présent sur tous les modèles. S'il est présent, il va plus ou moins, selon les modèles, vous permettre d'avoir un certaines nombres d'informations et fonctionnalités comme par exemple : moduler l' assistance, connaître le kilométrage, connaître le niveau de charge de la batterie, ...

 

Le vélo électrique peut-il rouler sans assistance ?

 

  Oui, vous pouvez utiliser l'assistance uniquement quand vous le souhaitez, vous pourrez l'activer à volonté. Certains modèles de vélo électrique possèdent une commande sur le guidon pour l'activer, la désactiver et régler son niveau d'assistance.


Les vélos électriques ont-ils tous le même mode de fonctionnement ?

  

Non, il existe différents types d'assistance électrique :

- Assistance par rotation du pédalier :

Ce mode de fonctionnement est le plus courant. Situé au niveau du pédalier, un capteur détecte la rotation du pédalier, pas besoin d'exercée une grosse pression sur la pédale, la détection du pédalage suffit. Un tour de pédalier est souvent nécessaire pour que le moteur se mette en marche. Le moteur libère la totalité de son énergie instantanément.

- Assistance par capteur de pression :

Le moteur démarre dès qu'il sent la pression exercée sur la pédale. Plus l'utilisateur appuie sur les pédales, plus le moteur l'aide, même si sa cadence de pédalage est faible. Ce système est particulièrement apprécié des sportifs qui ont la sensation de garder le contrôle du cycle et d'imprimer les accélérations mais il nécessite de maintenir une pression continuelle sur les pédales qui n'est pas toujours à la portée des cyclistes amateurs ;

- Assistance par capteur d'effort :

C'est le pédalage et sa cadence qui commandent la puissance du moteur. Plus le cycliste pédale à une cadence élevée, plus il bénéficie d'une assistance. Ce système rend les démarrages en côte plus aisés. C'est un système au coût équivalent à celui du capteur de pression ;

- Assistance par tension de la chaîne ou du cardan :

L'assistance se met en marche par tension de la chaîne. Ce système est très réactif puisque la chaîne se tend dès que le pied est posé sur la pédale. Il favorise donc les démarrages en côte mais présente l'inconvénient de toujours devoir appuyer sur les pédales pour avancer. Le positionnement central du moteur équilibre le vélo.

 

Quel sont les différents types de batteries ?

  

- Les batteries au plomb ou plomb à électrolyte gélifiée (PB) : d'un coût faible, d'un bon rendement énergétique et sans “effet mémoire” elles sont de moins en moins utilisées. Elles présentent l'inconvénient d'un poids élevé (plus de 10 kg), d'une puissance maximale limitée (50 watt/h/kg environ) et d'une sensibilité aux températures négatives (- 25°C). Leur durée de vie est de l'ordre de 350 cycles de charges et décharges ;

- Les batteries au nickel-métal hydride (NI-MH) : Commercialisées dans les années 1990, elles remplacent les batteries au nickel cadmium (Ni-Cd). Nettement plus légères que les batteries au plomb, elles ont une puissance maximale plus importante (90 watt/h/kg environ). Si leur durée de vie est de l'ordre de 500 cycles de charges/décharges, leur taux d'auto-décharge est important. Non utilisées l'hiver, elles seront entièrement déchargées au printemps. Elles peuvent être sujettes à un “effet mémoire” qui limite alors leur capacité ;

- Les batteries au Lithium-Ion (LI-ION) : elles ont une place prédominante sur le marché de l'électronique portable et équipent actuellement la plupart des VAE. Leur puissance maximale est de l'ordre de 120-150 Wh/kg et leur poids est limité. Elles ne souffrent pas de l'effet mémoire et supportent des charges supérieures à 800 cycles

- Les batteries au Lithium-Polymère (LI-PO) : elles constituent un véritable saut technologique puisqu'elles sont encore plus puissantes que les précédentes (140 Wh/kg)

 

Entretien d'une batterie

 

Les batteries ne nécessitent pas d'entretien. Certaines précautions sont toutefois à prendre pour prolonger leur durée de vie :

- Utiliser un chargeur adapté, les chargeurs sont fournis avec les vélos éléctrique.

- Eviter les décharges importantes quelle qu'en soit la technologie, n'attendez pas qu'elle soit complètement déchargée pour la recharger.

- Attendre une heure après la recharge avant d'utiliser le vélo.

- Après utilisation du vélo électrique, attendre une heure avant de recharger sa batterie.

En période hivernal, il est normal de constater une baisse d'autonomie, les batteries sont plus fragiles et moins performantes.

 

Les avantages du vélo électrique

 

 Après quelques jours passés avec un vélo électrique, on est surpris de l'utiliser pour des trajets que l'on ne faisait pas en vélo. Le vélo électrique fait disparaître la notion de fatigue, il remplace bus, métro et voiture (ou moto) sur des trajets domestiques un peu trop longs pour être faits en vélo classique.

- Gain de temps sur vos trajets

Vous n'irez pas beaucoup plus vite avec un vélo électrique qu'avec un vélo, mais gagnerez du temps, sur des trajets urbains par rapport à tous les autres modes de transport, à l'exception des scooters et motos. Parce qu'il ne craint pas les bouchons, parce qu'il est facile à garer, parce qu'il ne faut pas attendre, le vélo électrique est plus rapide que le bus, le métro ou la voiture.

- On n'arrive pas en sueur

Effectivement, pas besoin de passer par la douche ou de se changer en arrivant au travail. Rythme cardiaque, souffle, sudation sont au niveau de celui d'un marcheur.

- Le vélo électrique remplace les véhicules à moteur.

Le vélo électrique ne remplacera pas votre voiture principale, mais il peut remplacer une deuxième voiture, ou un scooter.

- Economique

Qu'on le compare à un abonnement de transport (Carte Orange...) ou au prix de revient kilométrique d'une voiture, le vélo électrique s'amorti rapidement. Son coût d'achat est de l'ordre de 800 à 2500 euros, sa consommation en énergie est négligeable (quelques euros par an), son entretien peu couteux.

Une solution économique

- Facile à garer

Les vélos électriques sont aussi faciles à garer qu’un vélo standard. Grâce à leurs performances, on estime que 30% des conducteurs de voiture seraient prêt à se mettre au vélo et on rêve de villes plus vertes, moins embouteillées… (source : Umweltmaterialien Nr.173 Luft “Elektro-Zweiräder Auswirkungen auf das Mobilitätsverhalten” publié par the Bundesamt für Umwelt,Wald und Landschaft BUWAL,Bern 2004 and bP page 56 'zum Landrad'’)

- Ecologique

Bien sûr, il fonctionne à l'électricité, et il consomme plus d'énergie électrique qu'un cycliste non assisté, mais beaucoup moins que tout mode de transport motorisé individuel ou collectif. Les constituants de sa batterie sont des métaux lourds, polluants si abandonnés dans la nature, mais recyclables. A titre de comparaison, 33 km en vélo électrique représentent environ la même demande d'énergie qu'une minute sous une douche chaude...

Une solution écologique

- Allié santé

Le vélo électrique permet un exercice d'entretien physique aussi discret qu'efficace. Parce que son utilisateur fait plus de kilomètres qu'il n'en ferait avec son vélo, il fait finalement autant d'exercice physique. Il permet aussi aux seniors de poursuivre leur activité favorite. Ceux-ci n’auront plus l’inquiétude d’un retour de ballade rendu difficile par un vent contraire ou un dénivelé important sous-estimé. Selon l’organisation mondiale de la santé, 30 minutes d’exercice quotidiennes permettent d’augmenter la durée de vie de 8 ans

- Facilité

Sa prise en main est quasi immédiate, le module de commande vous permet de régler le niveau d’assistance que vous souhaitez. Et plus besoin de gérer l’assistance, elle se déclenche et se coupe automatiquement.

De plus, l'usage du dérailleur est moins important. Les allergiques au dérailleur pourront s'en passer. (clin d’œil à la gent féminine pour laquelle le dérailleur reste un objet exotique difficile à dompter…)

Vous serez rapidement surpris de l'utiliser pour des trajets que vous ne faisiez pas en vélo.

 

Bien que l'intérêt urbain du vélo électrique soit évident, le week-end venu, il s’utilise pour des ballades sur petites routes, à la campagne, et même à la montagne.

Avec nos vélos électriques, nous voulons établir une alternative abordable et écologique pour un transport plus simple et un loisir agréable. Si vous êtes un cycliste au quotidien ou occasionnel, un étudiant, un sportif ou un senior, un facteur ou un livreur, si vous vous remettez d’une maladie ou si vous cherchez tout simplement une nouvelle façon d’explorer les environs, le vélo électrique sera un choix parfait. L'essayer c’est l’adopter !!!